La vidéo RED de Antoine Auriol c’est un instant à part. Une vidéo unique, exceptionnelle qui ne peut que vous marquer.

Vous avez pu passer à côté de cette vidéo, mais si vous l’avez vue on est sûr que vous vous en souvenez. Dans un décor de cinéma, Antoine enchaîne les gros jumps et fait rêver tous ceux qui ont un jour imaginé rider ces lieux insolites. Ce qui nous marque aussi c’est le son, une musique comme sur mesure qui nous invite à entrer dans son univers. Pour justement découvrir cet univers et l’envers du décor, on est allez à la rencontre d’Antoine qui nous a livré tous ses secrets. Dans un interview exclusif, Antoine nous raconte cette incroyable expérience. Pour le suivre dans ses aventures, retrouvez-le sur Insta  et sur FB juste 😉

 

 

– Salut Antoine ! Est ce que tu peux d’abord te présenter en quelques mots pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Salut, je m’appelle Antoine Auriol j’ai 32 ans, je suis Kitesurfeur professionnel et je ride pour F-One et Manera. J’ai été champion du monde du Kboard pro world tour en 2010 et depuis 2 ans maintenant je présente une émission qui s’appelle « La quête des vents » pour laquelle je pars à la recherche des vents les plus emblématiques du monde. Auparavant, j’ai aussi fait un documentaire qui s’appelle « Libre comme l’air » et cette année je pars sur une nouvelle saison qui  va s’appeler « L’air du temps » dans laquelle on va découvrir plusieurs pays en parlant des nouvelles énergies et du rapport des locaux à la nature.

– La première question qui nous démange c’est de te demander où as-tu bien pu tourner ces belles images ?

J’ai tourné ces images à côté de là où j’habite, en Andalousie, en Espagne juste à côté de la ville de Cadix et en fait ce sont des salines devant lesquelles je passe souvent en voiture et l’idée de naviguer dessus me trottait dans la tête depuis un moment et un jour toutes les conditions étaient réunies pour pouvoir aller filmer là bas et mon cousin était justement chez moi avec son drone et en faisant un petit tour d’horizon  depuis 500 m d’altitude, je lui ai demandé d’aller voir si les salines étaient bien rouges, comme je le pensais. C’était le cas donc je me suis dit que si le vent soufflait demain ou après demain j’irais naviguer dessus ! C’était un peu la mission, mais on a eu de la chance avec le vent, l’orientation et c’était magique !

– On se doute que rider ce type de spot n’est pas accessible à tous et que c’est une chance exceptionnelle, qu’elles ont été les conditions du tournage ?

C’est clair que ce n’est pas accessible à tous, même moi je ne pense pas y retourner puisque ça a été très très dur. j’ai ridé 1h30 environ pendant que mon cousin filmait et j’étais sec à la fin littéralement. Le soleil tape hyper fort ici en Andalousie et le taux de salinité est au maximum ça pique énormément les yeux.  À la moindre goutte d’eau dans les yeux t’as l’impression que tu vas devenir aveugle, ça fait très mal. Bien sûr j’ai dû traverser quelques allées d’eau en nageant pour arriver sur le spot et j’étais tout seul sans eau… C’était quand même sport ! Je ne vous le recommande pas. Je l’ai quand même fait parce que c’était un rêve pour moi de naviguer sur de l’eau rouge. J’avais déjà navigué sur de l’eau turquoise dans les îles, mais là c’était vraiment une sensation incroyable, j’avais vraiment l’impression d’être sur une autre planète.

– Ce qu’on a aussi retenu de ta vidéo c’est la musique. Peux-tu nous parler de ce son et de ta collaboration avec son auteur French 79 ?

C’est clair que pour des vidéos de kite j’aime avoir la liberté de trouver des sons qui me plaisent et aujourd‘hui c’est un peu compliqué puisque sur internet c’est vrai que c’est compliqué parfois de trouver de la musique libre de droits donc je me suis dit que pour ce projet et cette vidéo que j’adore j’ai trouvé cette musique en écoutant pas mal de sons électro que j’aime bien et j’adorais French 69 et donc je me suis dit que j’allais contacter l’artiste Simon et en fait il m’a répondu directement super sympa en me disant que ça lui disait de collaborer avec moi donc on a trouvé un accord. Et au final il a adoré la vidéo, ses agents ont trouvé ça super sympa aussi donc on s’est créé une petite relation amicale donc dans le futur si je veux faire des vidéos avec du bon son ben j’ai déjà un très bon contact. Tout le monde est gagnant et ça fait de belles connexions !

-Ta vie est rythmée par des kite trip plus incroyable les uns que les autres, quels sont tes prochains projets ?

Justement, comme je disais je pars sur une nouvelle série télé qui s’appelle « l’air du temps où en fait on va vraiment aller découvrir des pays à travers les gens et leurs rapports à la nature donc ça passe par le développement durable, les nouvelles énergies, le bien-être, la notion du bonheur et tout ça en utilisant mon kite, mon parapente ou ma voiture électrique pour me déplacer. C’est des épisodes de 52 minutes, il y a 8 épisodes à l’année et je pars demain matin en Hollande pour le premier épisode ! Ensuite j’irai en Chine, en Ethiopie et sûrement le Japon et la Colombie. On va bouger pas mal avec l’équipe un caméra-man, un preneur de son et moi qui présente. Et un producteur local qui nous aide à créer des contacts sur place. C’est un super projet, ça me permet de voyage, de continuer à vivre de ma passion, de rencontrer des gens et c’est ce que j’ai toujours voulu faire depuis que j’ai commencé à faire du kite. Ça va dans le bon sens et dans la continuité pour moi. J’aime apprendre tous les jours de chaque expérience et rester ouvert d’esprit. C’est comme ça qu’on peut aller plus loin que ce que l’on aurait pu imaginer..

-Merci Antoine, de nous avoir accordé cet interview, un petit mot pour la fin ?

Merci à vous pour cet interview et le partage de ma vidéo ! Merci à mes sponsors F-One et Manera, j’espère pouvoir faire de nouvelles vidéos prochainement qui donnent envie aux gens de naviguer parce que le kite c’est vraiment un sport magique !

Enregistrer